Logo

Couic !

Coupons court aux
mutilations des porcelets

En France, les porcelets subissent de trop nombreuses mutilations
Réalisées sans prise en charge de la douleur, ces opérations engendrent une souffrance importante.

Castration à vif

Qui ?

85% des porcelets mâles (environ 10 millions)

Où ?

Dans tous les systèmes d'élevage (y compris en élevage bio et plein air)

Pourquoi ?

Pour éviter l'apparition d'une odeur désagréable à la cuisson de la viande



Coupe de la queue à vif

Qui ?

Plus de 90% des porcelets (environ 22 millions)

Où ?

De manière systématique en élevage intensif

Pourquoi ?

Pour éviter que les animaux, maintenus dans un état de stress et de frustration, ne se mordent la queue entre eux

Des alternatives sans souffrances existent

Elles ont fait leurs preuves et ont déjà étés utilisées par des acteurs importants de la filière, notamment à l'étranger

arrêter la castration à vif

Indolores pour l'animal, les alternatives suivantes garantissent une viande sans odeur

  • Elevage de porcs non castrés avec détection des carcasses odorantes à l'abatttoir
  • Immunocastration inhibant la production de molécules responsables de l'odeur :
  • Castration avec prise en charge totale de la douleur (anesthésie et analgésie)
arrêter la castration à vif
arrêter la castration à vif

L'élevage de porcs sur paille et en plein air diminue considérablement les risques d'agressivité.
La coupe de la queue n'est donc plus nécessaire dans ce type d'élevage.

Fleche

J'agis

Fleche
1

Je signe la pétition

pour demander l’arrêt de la castration à vif des porcelets

Déjà 0 signatures

Le 25 mai 2016, WELFARM s’est rendue au Ministère de l’Agriculture pour remettre 110 294 signatures de citoyens demandant l’interdiction de la castration à vif des porcelets. Lors de notre rencontre, le cabinet du Ministre s’est montré intéressé pour avancer sur le sujet. Cependant, en l’absence de mesures concrètes, WELFARM reste mobilisée. Vous pouvez donc continuer à signer notre pétition pour exprimer votre souhait de voir cette pratique interdite en France comme c’est déjà le cas en Suisse, en Norvège ou encore en Suède.

Le nom n'est pas valide

Le prénom n'est pas valide

L'email n'est pas valide

Le numéro de téléphone n'est pas valide

Attention, dans le cadre de la campagne européenne EndPigPain* pour mettre fin aux mutilations en élevage porcin, ces informations pourront être partagées avec la fédération Eurogroup for Animals pour les actions de lobbying auprès de la commission européenne notamment. *Fin à la douleur des cochons

Fleche

J'écris aux professionels

Fleche
Fleche
Fleche

J'écris aux professionels

2

faites bouger
les acteurs réticents

A ce jour, certaines marques ont refusé de nous recevoir : AOSTE, RAFFIN, JAMBON DE BAYONNE
ECRIVEZ LEUR POUR LES FAIRE CHANGER D’AVIS

1

Copier/Coller le texte suivant :

Objet : Approvisionnement de votre marque en viande provenant de porcs non castrés à vif

Madame, Monsieur,

C’est avec effroi que j’ai appris que votre entreprise se fournissait auprès d’éleveurs de porcs pratiquant la castration sans anesthésie. Cette mutilation est réalisée au scalpel sur des animaux âgés de moins d’une semaine et elle engendre pour eux une souffrance très importante qui perdure plusieurs jours après l’opération.

Or des alternatives prenant en compte le bien-être de l’animal existent ; certains de vos concurrents européens se sont déjà engagés dans cette voie en faisant le choix de se fournir auprès d’éleveurs de porcs mâles non castrés ou immunocastrés.

Suite à la campagne menée par l’association WELFARM, plusieurs acteurs français de la transformation et de la distribution ont également accepté de faire évoluer leurs pratiques et de privilégier l’achat de viande de porcs non castrés à vif.

C’est la raison pour laquelle je vous demande aujourd’hui de vous engager pour l’arrêt de la castration à vif des porcelets. WELFARM peut vous aider dans cette démarche.

En espérant vous voir réagir au plus vite pour mettre fin à cette pratique, je vous saurais gré, Madame, Monsieur, de bien vouloir m’apporter une réponse.

2

Choisissez la marque ou certification en cliquant sur son bouton

(ceci ouvrira la page du formulaire de contact du site Internet de la marque. Vous pourrez alors y copier/coller le message) :

3

Donnez encore plus de poids à votre démarche :

contactez directement chaque marque sur leur page Facebook ou Twitter.
Vous pouvez par exemple y copier-coller ces messages :

#COUIC2018: Mobilisons-nous contre la castration à vif des porcelets! Comme moi, écrivez aux marques sur www.couic2018.fr @WelfarmFR

Carrefour

Actuellement Carrefour est la seule enseigne à s’être engagée dans une démarche d’arrêt de la castration à vif. Ainsi, la moitié du porc filière qualité Carrefour est issue d’animaux ne subissant pas cette mutilation douloureuse. WELFARM a suivi et mis en avant cette initiative qui a été amorcée en 2012 et continue à accompagner l’enseigne vers un arrêt total de la castration à vif pour ses produits de marque distributeur.

Herta

Grâce aux citoyens qui ont sollicité le service consommateurs de la marque, nous avons pu obtenir un rendez-vous avec les dirigeants d’Herta. Ces derniers s’approvisionnent déjà pour partie en porcs mâles entiers mais une partie des animaux continuent à subir la castration sans anesthésie. WELFARM félicite la marque Herta, qui s’est engagée à réaliser un test auprès de l’un de ses fournisseurs français pour mettre un terme à la castration à vif.

Henaff

La marque s’est montrée intéressée par les alternatives à la castration à vif des porcelets et interroge actuellement ses éleveurs sur la question. WELFARM suivra le travail effectué par Hénaff afin que cette mesure soit suivie d’effets concrets.

Monoprix

Déjà engagée pour les animaux d’élevage dans leurs filières bovins, lait et poules pondeuses, l’enseigne Monoprix n’a pour l’instant aucune exigence spécifique en termes de bien-être des cochons. Rencontrée dans le cadre de notre campagne #couic2018, l’enseigne a indiqué qu’elle souhaitait y remédier et qu’elle interrogerait ses fournisseurs sur les alternatives à la castration à vif des porcelets. WELFARM accompagnera le travail effectué par Monoprix pour que cette démarche de progrès se concrétise.

Intermarche

Rencontrée dans le cadre de notre campagne #couic2018, l’enseigne a souhaité engager une démarche de progrès plus globale avec les associations de protection animale, dont WELFARM. Notre association approuve cette initiative et espère que, sur ce sujet comme sur d’autres, l’enseigne prendra des mesures fortes et concrètes en faveur des animaux d’élevage.

Fleury Michon

Dans le cadre de notre campagne #couic2018, WELFARM a rencontré les responsables de la filière « J’aime » (J’ ❤ ). L’industriel spécialiste de la charcuterie nous a affirmé travailler à la recherche d’alternatives et s’est montré ouvert à la discussion, mais à l’heure actuelle, la marque n’a pas souhaité prendre d’engagement sur le sujet. Suite à vos messages la marque a montré son souhait de nous recevoir de nouveau à la rentrée… affaire à suivre !

Cora

L’enseigne nous a reçus en mai dernier dans le cadre de notre campagne et nous a informés qu’elle s’approvisionne déjà en partie en porcs non castrés pour son rayon boucherie. Pour ce qui concerne son rayon charcuterie traditionnelle, l’enseigne nous a fait part de son souhait de se fournir en porc castré sous anesthésie. WELFARM se réjouit de cette position mais constate à regret qu’il n’est pas possible de mettre cette alternative en place dans l’immédiat ; en effet, à l’heure actuelle, les éleveurs n’ont pas le droit de pratiquer l’anesthésie eux-mêmes. Cependant, suite à vos sollicitations, Cora nous a adressé un courrier nous informant que l’enseigne est disposée à nous rencontrer à nouveau afin de poursuivre nos échanges sur les alternatives à la castration à vif des porcelets.

Lidl

La réponse-type envoyée par Lidl aux internautes soucieux du bien-être animal ayant sollicité cette enseigne n’est pas satisfaisante. Lidl n’y avance aucun argument susceptible de laisser entrevoir un changement dans leurs pratiques concernant la castration à vif des porcelets. Malgré nos relances, l’enseigne refuse toujours de nous accorder un RDV afin d’évoquer les alternatives à cette mutilation douloureuse. Nous vous encourageons donc à continuer à lui écrire pour lui faire part de votre mécontentement.

Leclerc

N’a pas répondu à nos demandes de RDV sur le sujet. Sachant que 85% de porcelets mâles élevés en France sont castrés sans anesthésie, ce refus laisse penser qu’on trouve de la viande issue de porcs castrés à vif dans leurs rayons.
Face à l’absence de transparence et à l’immobilisme de l’enseigne sur cette question, faites savoir votre mécontentement en écrivant à leur service consommateurs dès à présent.

Systeme U

Grâce aux citoyens qui ont sollicité le service consommateurs de l’enseigne, nous avons pu obtenir un rendez-vous au siège de Système U. WELFARM félicite l’enseigne qui souhaite désormais réaliser un test auprès de l’un de ses fournisseurs français pour mettre un terme à la castration à vif.

Casino

S’est montré favorable à la commercialisation de viande issue de porc n’ayant pas subi de castration à vif. Cependant, l’enseigne ne semble pas prête à adopter une attitude proactive sur ce sujet.

Bordeau Chesnel

A l’heure actuelle, la marque n’a pas souhaité nous recevoir. Cependant, face aux nombreuses sollicitations des consommateurs exigeant un arrêt de l’approvisionnement en porcs castrés sans anesthésie, le service consommateurs de Bordeau Chesnel a fait savoir qu’une grande partie de leurs produits transformés répondait déjà à cette exigence. WELFARM reste cependant dans l’attente d’un échange avec la marque afin de confirmer ces données et de l’accompagner vers un approvisionnement 100 % porcs non castrés à vif.

Auchan

L’enseigne a accepté de nous recevoir dans le cadre de notre campagne en juin 2016. WELFARM reste en attente du positionnement d’Auchan France au sujet des alternatives à la castration à vif des porcelets. Une nouvelle réunion de travail est prévue à cet effet à l’automne.